Le Saussinet

n°31

Décembre 2013

10260 - Rumilly-lés-Vaudes



Commençons par un petit jeu :  nous les avons connus (ajoutez le nom sous ces photos)



n°1 : __________



n°2 : ________________



n°3 : ______________


n°4 : _____________

n°5 : _______________


n°6 : ______________



Histoire de Rumilly suite

La Guerre de Cent Ans ruine l’ancien village de Rumilly qui était alors situé sur le Grand Chemin, (notre route de Dijon actuelle). La résidence du roi, elle aussi, a dû énormément souffrir et ne guère conserver que ses quatre murs et ses tourelles d’angle.


De l’ancienne église, ont été sauvés : la Vierge du XIIIème siècle qui se trouve avec ste Anne du côté de la porte de la sacristie, le saint Martin du clocher, ainsi que deux statues accolées aux contreforts du portail : une Vierge à droite et un saint Michel décapité à gauche.


De 1493 date la bulle d’indulgences que Jacques Colet, le frère de Jean, est allé chercher à Rome pour inciter les fidèles à oeuvrer pour la réparation de son église.



Elle promettait à tous les chrétiens des deux sexes qui prêteraient une main secourable à la réparation, à la conservation, à l’ornementation, à l’agrandissement de l’église (celle qui se trouvait près du Grand Chemin) d’être relevés de toutes les pénitences qu’ils avaient encourues à l’heure actuelle et encoureront plus tard.
 
- Le village se reconstruit là où nous le trouvons actuellement, sur les bords de l’Hozain, à l’orée de la forêt, entre les deux châteaux, celui du comte de Champagne et la résidence en bien mauvais état, réservée pour le représentant du roi de France. La ferme des Places, aujourd’hui ferme aux Rats, du nom de ses anciens occupants, semble l’une des plus anciennes demeures du village actuel.

- En 1483, Louis II d’Orléans est gouverneur de Champagne, son lieutenant se nomme Jean d’Albret. Il semble que c’est avec ce dernier qu’a commencé la rénovation du manoir. Il a fait construire la tourelle de l’escalier, au haut de la porte extérieure duquel il a fait graver ses armes (elles ont été
mutilées). Et encore en le dotant de quatre cheminées monumentales.
Les médaillons de celles du rez-de-chaussée ont, eux aussi été tailladés : fleurs de lis, dauphins, couleuvres.

Jean Colet est né en 1482 à Rumilly. Nommé curé de Thil près de Soulaines, il fait reconstruire le choeur de l’église de ce village. En 1526, il succède à son frère Jacques à la cure de Rumilly. De plus, il cumule les bénéfices à Pouan, Premierfait, Plancy, Nozay et autres églises.

- Jean Colet se retrouve donc curé de Rumilly mais il est aussi chanoine et official de Troyes. A ce titre, c’est lui qui fait publier en 1533, en français, les statuts synodaux (règlements ecclésiastiques du diocèse) qui sont l’objet de préceptes destinés au peuple chrétien à qui chacun curé est tenu de les déclarer et souvent dénoncer en son église en les exposant en français.
C’est parce que certains curés ont fait au temps passé bien petitement leur devoir parce qu’ils ne voulaient pas prendre le loisir de quérir et
chercher les dits préceptes... ou qu’ils ne savaient pas la manière comment on doit les dénoncer et déclarer. Voilà ce qu’il faut savoir.
Voilà comment il faut le dire. En quelque sorte, Jean Colet a ainsi rédigé un catéchisme destiné aux curés de nos campagnes.

Au chevet de l’église est gravé le rappel de la pose de la première pierre d’une église toute neuve, voulue par Jean Colet pour remplacer
celle que son frère avait pour ambition de rénover mais qui se trouvait hélas à quelques kilomètres du nouveau village.
Icy dessoubs assez profond en terre
L’an mil cinq cent et vingt sept
assise à la fin d'août
fut la première pierre des fondements.

Dieu perface l’église . Amen.

Jean Colet, lui qui a partout en l’église fait afficher son portrait, son nom et ses armes, l’orgueilleux curé de Rumilly, a fait là, preuve d’une certaine humilité : il a confié son église à Dieu auquel il a demandé de la «parfaire». Dieu “perface” l’église


Nos vieux mots :

grève : tibia
grillo : grillon, insecte
grilloler : trembler de froid
grilloter : faire le bruit d’une graine sèche dans son alvéole
gripo : montée, raidillon
graingné : grenier
groûlir : brûler poils et duvet
gru.yote : fressure de gibier

iau : eau
youler : faire le bruit d’une fronde, vrombir.
iche : sensation de froid.
jargerie : plante qui monte dans les blés.

jarle : Jale, cuveau.
jarlée : Contenu d’une jarle.
jâron : fagot bois et ramillons
jan des bois : grand duc.
jansi : taché de moisissure
gironée : plein le tablier
jober : jouer
jaunio : pièce d’or
jointée : contenu des deux mains réunies
jubine : jument
juqué : perché
largeote : laitue sauvage
lavié : évier.


Résultats du petit jeu du début :

1 - M. Auguste Brunon
2 - M. André Rebours
3 - M. Georges Finot
4 - M. Roger Philbert
5 - Mme. Andrée Perraudin
6 - M. Sot


Retrouvez  le SAUSSINET

au Café-Restaurant du Manoir à Rumilly-lés-Vaudes

et  sur le site internet : http://jean.daunay.free.fr