Rumilly et l'héraldique


La commune de Rumilly possède ses armoiries. (voir image ci-contre)

 

Elles représentent, d'une part le manoir des Tourelles avec, en chef, les armes de Jean Colet, le curé bâtisseur de l'église Saint-Martin :

D'or au chevron d'azur chargé en chef d'une étoile aussi d'or et accompagné de trois œillets de gueules tigés et feuillés de sinople.

 

Pierre Pion qui, vers 1530, a donné au manoir sa touche renaissance, portait : D'azur à la croix patriarcale d'or accompagnée à dextre d'une étoile d'or.

 

(voir image ci-contre)

Hors les armoiries de ces deux personnages importants pour l'histoire monumentale de Rumilly, le manoir et l'église en renferment à profusion.

Pour les ecclésiastiques.

  • Au manoir, celles, d'Antoine II de Vienne, abbé de Molesme. (voir image ci-contre)

De gueules à l'aigle éployée d'or, membrée d'azur.

 

  • En l'église, celles de Jean Colet, sur les vitraux, entre les pattes des gargouilles (voir image ci-contre), au bas du retable et jusque sur la plaque de consécration de l'église. Avec celles des évêques : Parvi, Raguier, Hennequin, Louis de Lorraine, Cortet, des abbés de Molesme : de Vienne, de Montmorency, du chapitre des chanoines de Troyes etc.

Sans oublier la litre funéraire peinte en souvenir de Jean Colet, sous chaque apôtre des piliers.

Quant aux armoiries royales aux trois fleurs de lis entourées du cordon de l'ordre de Saint-Michel, elles ont toutes été mutilées, celles du manoir cantonnées parfois de dauphins et des couleuvres des Orléans, ainsi que celle qui domine le portail de l'église.

Elles ont, en revanche, été respectées sur les clés de voûte de l'église ou redessinées en 1867 lorsque l'église a été entièrement badigeonnée de ces affreux faux joints, étoiles, lunes, fleurettes et autres éléments,  auxquelles le maire de l'époque, Paillot a fait ajouter les siennes (voir image ci-contre), d'azur au chevron d'argent accompagné de trois feuilles d'orme. Au chef de gueules chargé de trois couronnes de marquis d'or.

Louis II d'Orléans, gouverneur de Champagne (futur Louis XII). C'est lui, probablement, qui est à l'origine de la première rénovation du manoir (tourelle de l'escalier, cheminées).
Ses armoiries..Ecartelé, en 1 et 4 d'azur à trois fleurs de lis d'or au label d'argent à trois pendants, en 2 et 3 d'or à la couleuvre de gueules (?) mise en pal.

Encore à  signaler, entre autres, une plaque de cheminée, au premier étage du manoir ornée de la croix double des Compagnons fondeurs du Devoir et la pierre scellée dans un mur de la Rocatelle, le coq d'or des Boucherat, seigneurs de ce petit domaine.(voir image ci-contre)

Pour plus de détais, lire: Rumilly-lés-Vaudes Histoire et patrimoine,  pages115 à 128.